Apocalypse Town

Ce carnet vise à rendre compte d’une recherche doctorale dans le domaine de la géographie urbaine et culturelle. Le thème de cette recherche est le rapport entre les espaces urbains et le cinéma de la catastrophe et de l’apocalypse. Notamment, on s’interrogera sur les imaginaires spatio-temporelles et sur comment un genre cinématographique peut intervenir à ce propos.
La dimensione doit sa complexité, entre autre, à sa composition multiple. L’espace, si l’on tient par exemple aux réfléxions de Michel Lussault, est un élémént composite, constitué d’une dimension matérielle, physique, et d’une autre, idéelle, immatérielle. Le but preliminaire de ce travail est celui de questionner les modalités d’intervention de l’image audiovisuelle sur l’espace. D’un autre point de vue, depuis plusieurs années, les études qui lient la ville au cinéma sont de plus en plus repandus. Ville et cinéma sont deux composantes incontournables du XX siècle. Leur chemin, leur évolution marchent en parallele le long d’un siècle, en trouvant souvent des liaisons profondes. Le cinéma, reprenant les mots de l’Encyclopedie La ville au cinéma (sous la dir. de Jousse, Paquot), est peut-être la plus urbaine des arts. Ce rapport mérite sans doute une mise au point, et d’ultérieurs approfondissements.

Comment le cinéma contribue à l’imaginaire? Le cinéma se limite à être un moyen de représentation de l’espace ou bien son rôle peut integrer la fabrication d’imaginaires?

Il sera question donc ici de réfléchir de manière d’abord générale sur les rapports entre cinéma et géographie. Le cinéma est-il un moyen de connaissance de l’espace? Qu’est-ce que le cinéma peut nous dire sur l’espace?

Une fois avoir detaillée le propos général, le but principal sera celui de mettre en place une réfléxion approfondie sur le cinéma de la catastrophe et de l’apocalypse.
La première problematique concerne la définition de ce genre cinématographique. Un premier regard nous indique une forte hétérogéneité. Plusieurs oeuvres cinématographiques peuvent raconter une catastrophe. On peut raconter un desastre passé (reconstitution historique), on peut imaginer le declenchement d’une catastrophe dans la contemporaneité. On peut aussi situer l’événement nefaste dans un futur proche ou lointain.

Ces différentes perspectives nous indiquent sans doute une grande complexité qui réside avant tout sur les rapports espace-temps. C’est en ce sens qu’au sein de cette recherche la spatialité sera constamment mise en rélation avec des temporalités toujours différentes et variables. Il s’agit de mettre en rélation les espaces urbains avec le temps en esssayant de repondre à plusieurs questions? Comment est presenté un espace qui a subi une catastrophe? Comment et pourquoi nous imaginons certains événéments catastrophiques au sein de notre contemporaneité? Comment et pourquoi notre société a imaginé et continue d’imaginer des scenarios futurs nefastes?

Les questions sont multiples et hétérogènes. Ells concernent, on l’a vu, les études sur la représentation de l’espace, les imaginaires de l’espaces et du temps, les réfléxions sur le sens du temps et de l’espace de la société occidentale au sein de différentes époques.

Le but principal de ce cahier est donc celui de pouvoir partager les réfléxions que l’on vient d’exposer. Il s’agit aussi de jouir de la possibilité de structurer les différentes passages et les différentes terrains de réfléxion qui devront prendre la forme d’une thèse de doctorat


Une réflexion sur « Apocalypse Town »

  1. Ceci est un exemple d’un commentaire dans WordPress. Vous pouvez le modifier pour mettre ici des informations vous concernant ou concernant votre site afin que vos lecteurs en sachent un peu plus sur vous. Vous pouvez créer autant de commentaires que vous voulez, et gérer l’intégralité de votre contenu dans WordPress.

Les commentaires sont fermés.